Journées européennes du patrimoine

Pendant le week-end des 19 et 20 septembre, les Journées européennes du patrimoine vous invitent à redécouvrir le patrimoine carolomacérien ! Cette année, le thème national porte sur « patrimoine et éducation », valorisant le rôle du patrimoine comme outil d’apprentissage et source d’inspiration.

Le programme est évidemment adapté face au contexte sanitaire : pour tous les sites, nous vous invitons à consulter les conditions de visite de chaque site sur le dépliant du programme, car des jauges limitées sont mises en place. Les musées municipaux ouvriront en accès libre, en prévoyant une éventuelle attente à l’entrée.

De nouvelles expositions aux musées

Les musées municipaux seront ouverts gratuitement de 11h à 18h pendant le week-end. Ce sera l’occasion de découvrir la toute nouvelle exposition, présentée en deux volets indépendants et complémentaires au musée de l’Ardenne et au musée Arthur Rimbaud. Les musées proposent une double exposition dans le cadre de la commémoration du 150ème anniversaire de la guerre de 1870, avec un parti-pris délibérément artistique et littéraire. Outre le célèbre sonnet du « Dormeur du Val », de nombreux écrits moins connus et parfois récemment redécouverts témoignent de ce premier conflit moderne.

Au musée Arthur Rimbaud, « 1870 – Chant de guerre » propose de retracer les événements de la guerre, du siège de Paris et de la Commune vus par Arthur Rimbaud, qui a suivi les faits avec passion, affirmant ses prises de position poétiques comme politiques.

Au musée de l’Ardenne, « 1870 – Hérauts de guerre » livre la vision de la guerre au prisme des écrivains, des peintres et sculpteurs de l’époque (Detaille, de Neuville, Croisy, Boutigny, Princeteau, Merlette, Bloch, Grolleron). Parmi les auteurs, Guy de Maupassant, Émile Zola, Victor Hugo, Alphonse Daudet, Paul Déroulède et bien d’autres ont retranscrit leur version de cette guerre, déconstruisant l’image de l’épopée glorieuse et retraçant plutôt la souffrance des civils et la genèse d’une défaite militaire.

Visites guidées du label Ville d’art et d’histoire

Plusieurs visites guidées gratuites sont proposées pour (re)découvrir le patrimoine carolomacérien. À Mézières, la place de l’hôtel de ville récemment restaurée est mise à l’honneur, de même que le quartier du faubourg d’Arches à l’architecture Art Déco. À Charleville, l’accent est mis sur les fresques du parcours Rimbaud et sur l’histoire des arts de la marionnette. Enfin, en réponse au thème national « patrimoine et éducation », une toute nouvelle visite est lancée, sur la piste des écoles, collèges et lycées de Charleville, actuels ou disparus. Renseignements et inscriptions auprès de l’Office du tourisme communautaire, 03 24 55 69 90.

Des ouvertures exceptionnelles

Plusieurs sites sont exceptionnellement ouverts au public durant le week-end des 19 et 20 septembre. S’appropriant le thème « patrimoine et éducation », la mission dédiée à la vie étudiante de la ville de Charleville-Mézières propose des visites guidées du Campus Sup Ardenne ouvert il y a tout juste un an.

Certains sites sont tout nouvellement accessibles pour les journées du patrimoine. Nous vous conseillons en particulier de ne pas manquer l’ouverture de la maison Blairon, aussi connue comme maison de l’Ardenne, dorénavant siège de l’agence de la Région Grand Est. Cette maison, protégée au titre des monuments historiques, a été édifiée en 1930 par les architectes de l’hôtel de ville de Mézières ! Située en retrait, devant le square de la gare, elle passe trop souvent inaperçue, mais recèle pourtant bien des surprises, comme sa magnifique salle de bain pompéienne en mosaïques.

Les archives municipales ouvriront aussi pour une visite guidée en toute intimité, donnant exceptionnellement un accès privilégié aux coulisses, permettant de découvrir plus d’1 km linéaire d’archives et quelques documents inédits montrés pour l’occasion.

Les amateurs d’histoire retrouveront enfin les grands incontournables du patrimoine de la cité, comme la basilique Notre-Dame-d’Espérance (visite guidée proposée par l’Office du tourisme communautaire) et le Trésor d’art sacré des Ardennes, l’ancienne usine La Macérienne (en partenariat avec l’association Les Amis de la Macérienne – Clément Bayard), ou encore la villa Renaudin (en partenariat avec l’association Le Miroir).